" La maladie qui nous frappe n'est jamais celle de tout le monde" (François Droz)


FRANCE PARKINSON
 
INTERVENTION DU 8 JANVIER
 
 

L’association a accueilli le Docteur Pascal BENNET, rhumatologue à la

  clinique du Cèdre à Bois-Guillaume, pour une conférence sur : l’ostéoporose et la maladie de Parkinson 

 
 
 
 
 

D’après l’O.M.S., l’ostéoporose est une maladie fragilisante du squelette, caractérisée par une diminution de la masse osseuse et l’altération de la qualité du tissu osseux, provoquant un risque de fractures.

 

Les différents types de fractures

 

. Les fractures vertébrales :

  Tassement des vertèbres avec perte de hauteur, petites fractures,             

  douleur, activité réduite.

. La fracture du col du fémur :

La plus grave. Nécessite opération. Le malade doit rester allongé. Risque

  de complications.

. La fracture du poignet :

  Concerne les gens plus jeunes. Handicap important.

  Peut être le signe d’alerte d’une ostéoporose.

 

Les facteurs de risques

 

. L’âge.

. T score : résultat de la densitométrie osseuse.

. A.T.D.C. personnel ou familial

  Une fracture augmente le risque d’autres fractures. De même, le risque                           

  est accru s’il y a des antécédents familiaux. 

. Faible I.M.C. (Indice de Masse Corporelle)

. Corticothérapie en cours ou ancienne.

. Tabagisme.

. Mauvais état de santé.

 

La densitométrie osseuse

 

C’est l’examen de dépistage de l’ostéoporose.

L’appareil mesure la densité de l’os au niveau de la colonne vertébrale, des hanches ou du poignet.

La diminution de la densité osseuse est corrélée à l’augmentation du risque de fractures.

Cet examen est remboursé depuis 3 ans sous conditions :

. Fractures déjà existantes.

. Maladies endocriniennes

. Femmes ménopausées, si facteurs de risques.

 

 

PARKINSON ET OSTEOPOROSE 

 

Chez les parkinsoniens les chutes augmentent  le danger de fractures :

                      Col fémoral    x5

                      Fractures non vertébrales  x2

Pour eux, les facteurs de risques sont :

. Un indice de masse corporelle trop bas.

. Un taux de vitamine D faible.

. Une déminéralisation osseuse. 

 

Les traitements

 

. Augmenter les apports en calcium et en vitamine D.

  Apport conseillé : 1200 mg/jour de calcium.

  Prendre plus de laitages ( fromages à pâte dure, lait), boire eaux

  minéralisées (Contrex, Hépar).

  La vitamine D permet au calcium de se fixer sur les os. Elle se fabrique

  par l’exposition au soleil.

 

. La prévention des chutes.

  Surveiller les causes de chutes.

  Porter des protecteurs de hanches : pentys rembourrés.

 

. Les médicaments.

         Analogues aux oestrogènes (Evista)

         Bisphosphonates (Actonel, Fosamax, Aclasta).

         Ranelate de strontium (Protelos).

         Parathormone (Forsteo).

Ces traitements réduisent de l’ordre de 50% le risque de fractures.

  

  

  

  

  Convivialité autour de la traditionnelle galette des rois
 
  

 

 

  
  

 

 

      

 

 

Publicités

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :